Le chat au Moyen-Âge

Si les chats sont aujourd’hui vus comme des petites boules de poils attendrissantes et innocentes que l’on prend plaisir à aller rencontrer dans les bars à chats, à Lyon comme ailleurs, ce n’était pas du tout le cas avant. Durant la période du Moyen-Âge, les chats n’étaient pas tout à fait au top de leur popularité. Dans une Europe très emprunte par la religion, on les voyait plutôt comme des créatures du Mal !

Il était une fois…

 

Tout commence au VIII° siècle. L’Église, prenant de plus en plus d’ampleur, répand l’idée qu’il faut séparer le Bien du Mal. Ainsi, le chat mais aussi d’autres animaux comme le serpent ou le rat sont dès lors considérés comme représentants du « mal », voire même « manifestations du diable ». La cause ? Ils seraient indépendants et lascifs.

Mais cela ne s’arrête pas la. Si on étudie le caractère du chat, on se rend compte que cet animal vit la nuit, et voit dans la nuit… Il est alors assimilé aux sorcières concoctant leurs poisons et vacant à leurs activités secrètes à la nuit tombée. Puis les chats sont mystérieux, charmeurs, et quelques fois, voire trop souvent d’ailleurs, fourbes…

C’en est alors trop pour l’Église, à tel point qu’on organise alors de grands feux purgatoires, des noyades, des crucifixions (de chats, oui !). Le chat subit toutes les horreurs du monde. En 1484, le Pape Innocent VIII pousse le vice jusqu’à encourager les sacrifices de ces petits félins lors des fêtes populaires. Ainsi, le soir de la fête de la Saint Jean – 24 juin -, les chats sont brûlés en masse dans des tonneaux.

Et pourquoi alors, personne n’a-t-il été capable à cette époque de s’emparer de son ordinateur pour pourfendre tout cela d’une bonne pétition Change.org ? Au-delà des quelques détails techniques, il faut savoir que ceux qui, comme nous, appréciaient les chats étaient persécutés ! Ils étaient accusés de sorcellerie.

Retournement de situation !

 

Quand la peste s’abat sur l’Europe, le chat reprend du poil de la bête. En effet au retour des croisades l’Europe est envahie par les rats contaminés. Il se raconte que les chats qui ont réussi à survivre aux horreurs des fêtes populaires se jettent sur les rats en question. Le chat redore ainsi ses lettres de noblesse !

Un point culture crash ?

 

Une légende pas très sympathique pour nos boules de poils raconterait que si les femmes étaient victimes d’importantes douleurs lors de leurs accouchements, c’est parce qu’elles étaient ensorcelées. Mais quel sort ? Eh bien l’enfant était remplacé par des petits chatons qui griffaient les entrailles de la femme.

Le chat était jugé comme tellement bas dans l’échelle animale, que lors de certaines batailles, on le réifie au rang de boulet de canon. On envoie dans le camps d’en face un chat en feu afin que celui ci court répande les flammes rouges chez l’adversaire.