Le Sacré de Birmanie

Toujours présent dans le Top 3 des chats préférés des français depuis plusieurs années, le Sacré de Birmanie est aussi beau que « vraiment chat »… On vous explique pourquoi !

Un peu d’histoire

 

Les origines du Sacré de Birmanie sont très floues mais on sait que cette race vient de France. Une légende raconte que le premier Sacré de Birmanie serait le chat d’un prêtre d’un temple en… Birmanie. La déesse de ce temple serait dorée avec des yeux couleur de saphir. Un jour, le temple a été attaqué et le vieux prêtre tué. Dans sa peine, son chat a posé les pattes sur son maîtres et émue de cet acte d’amour, la déesse a transmis au félin une couleur or pour son pelage et ses yeux magnifiques. Les pattes du chat étant posées sur les cheveux blancs de son vieux maître, elles ont pris leur couleur immaculée en signe d’amour.

En réalité, on pense que le Sacré de Birmanie, ou Birman est issu d’une alliance entre un Persan et un Siamois, car il est le parfait mélange des deux. Il aurait vu le jour dans les années 1920 en France.

Il ressemble à quoi ?

 

Le Birman a un corps massif avec une ossature lourde. Ses pattes, à l’image de son corps, sont, elles aussi, robustes et relativement imposantes. Sa queue est proportionnelle à son corps.

La tête d’un Sacré de Birmanie est un parfait mélange entre un Siamois et un Persan. Elle est triangulaire, légèrement arrondie et plutôt large avec des joues rondes et un nez court et droit. Le Birman doit avoir un menton imposant. Ses oreilles sont de taille moyenne et ses yeux sont ronds et espacés. Les yeux d’un Sacré de Birmanie doivent être bleus, le bleu le plus intense possible.

La fourrure du Sacrée de Birmanie est aussi une de ses caractéristiques. Ses poils sont courts sur son museau puis s’allongent au fur et à mesure pour donner une crinière très fournie au niveau de son encolure. Grâce à ses origines persanes, le Birman a des poils mi-longs qui font toute sa beauté.

Mais ce qui est si caractéristique à notre Birman est son pelage bicolore reconnaissable entre mille. Le bout de ses 4 pattes doit être blanc immaculé et le plus gros de sa robe blanche ou crème. Ce sont les extrémités qui changent de couleur : les pattes, la queue, le museau et les oreilles. On dit que le Sacré de Birmanie est colorpoint : sa couleur changeante se situant au niveau de ses extrémités. Elles peuvent être brun foncé, chocolat, bleu-gris, roux ou encore gris.

Et si j’en veux un chez moi ?

 

Grâce à ses ancêtres, le Birman est un chat avec un caractère très doux et attachant. Il saura se faire aimer et aimer toute la famille, même les invités, et adore se faire prendre dans les bras, une vraie princesse… D’un naturel très curieux, il peut en revanche vous faire quelques frayeurs et se coincer ou s’enfermer dans un recoin de chez vous. Au contraire du Siamois, le Sacré de Birmanie miaule peu.

Le poil de votre Birman demandera plus d’attention qu’un chat à poils courts : il faudra le brosser deux ou trois fois par semaine pour lui éviter d’avoir des nœuds. Il peut être aussi sujet aux oreilles sales, faites donc attention lors de sa toilette et si besoin, prenez un coton humide pour lui enlever la cire. On dit aussi que les dents du Birman sont fragiles et qu’il faut bien les surveiller. Donnez le plus souvent possible des croquettes (sans céréales) à votre chat pour que son hygiène bucco-dentaire se porte bien.

Du fait de sa génétique, le Sacré de Birmanie peut être sujet à des problèmes rénaux dans sa vieillesse ou des crises de spasme dans sa jeunesse. Pensez bien à prévenir votre vétérinaire et à le surveiller.